Il était une foi…

Affiche pour le festival de rue d’Aurillac

Chaque année l’association Eclat lance un appel à projet pour la création de l’affiche du festival de rue d’Aurillac.

La seule contrainte est de mettre en scène le personnage Eclat suivant un thème proposé.

Je me suis prêtée à l’exercice à plusieurs reprises, plutôt par amusement que dans l’espoir de remporter le concours. Qui est donc ce personnage, que symbolise t-il, pourquoi l’avoir choisi pour représenter le festival ? A chaque nouvelle édition,il est intéressant de découvrir les propositions des participants et leurs interprétations.

J’ai été heureuse d’avoir été sélectionnée pour l’édition 2017.

Affiche sélectionnée pour le festival de rue d’Aurillac 2017.

Avant de valider l’affiche finale, plusieurs tests on été effectués.

Thème choisit :

Pas de liberté sans sécurité / Pas de sécurité sans liberté
Le bonhomme du Festival, quelque peu désorienté par l’actualité, se demande comment trouver l’équilibre entre sa liberté et sa sécurité. Va-t-il assister à une multiplication des frontières ? (Qu’elles soient visibles ou non). Va-t-il trouver un peu de paix et d’amour dans cette édition 69 du Festival ?

Mon interprétation :

Le titre de ce thème aborde des questions très actuelles et interroge notre position face aux entreprises gouvernementales au sujet de la sécurité. Une sécurité renforcée, limitant nos libertés – nos libertés de déplacement, d’expression, comme s’il fallait choisir entre rester en vie ou être libre. La création est sans limite, sans frontière, elle est universelle.
Notre personnage poursuit son parcours comme un funambule, marchant sur des chaines, représentant le totalitarisme de certains états.
Il reste libre, même dans l’incertitude.

Participation  à l’édition 2014 :

Affiche 2.1 (sélectionnée en pré-sélection)

Solidarités renouvelées

Affiche 2.2

Thème choisit : – Aurillac 2.0
Le théâtre de rue d’Aurillac s’acoquine aux nouvelles technologies, il entre progressivement dans les espaces publics virtuels et c’est sa souplesse et son ouverture que nous saluons.
D’aucun y voit de la modernité d’autre de l’opportunisme pourtant le théâtre de rue semble se faufiler dans ces nouvelles voies d’accès de la création.
Un boulevard de créativité hors sol s’annonce et le théâtre de rue en veut une part! Un nouveau monde serait en vue, Aurillac va vous y conduire ».

Mon interprétation :

– Affiche Aurillac 2.1
Le personnage « ECLAT » a été transformé en cyborg, plus ou moins robotisé, symbolisant l’adaptation du festival aux Nouvelles Technologies.
Pour concrétiser cette robotisation, j’ai utilisé des images d’objets mécaniques comme des moteurs de voiture et des câbles électriques.
La mécanisation représente aussi l’avènement de la Révolution Industrielle, la machine remplaçant l’homme. Sans évoquer le sens éthique de cette période, précisons simplement que c’est à cet instant que le progrès et les technologies n’ont cessés d’évoluer.
Notre cyborg ne parait pourtant pas bénéficier des dernières technologies, où justement les interfaces ne donnent pas à voir le mécanisme.
En création, nous sommes souvent amené à récupérer des matériaux, à réinventer leur utilisation pour les adapter à un nouveau projet.
Ces matériaux et outils dont l’usage a été détourné participent eux aussi au processus de création en inspirant de nouvelles formes et utilisations.
Le fond de l’affiche est incrusté de codes binaires représentant la base de l’informatique et du numérique. Ils offrent une dynamique esthétique à l’image sans toutefois renvoyer un coté « cliché ».

– Affiche Aurillac 2. 2
Cette fois-ci le cyborg est mit en scène sur un écran ou une tablette tactile, l’objet n’est pas bien définit, peut-être serait-ce un objet du futur…
Le personnage ECLAT apparait en arrière plan, étonné. Il voit son image affichée à l’écran, une vision du futur? Son clone-robot?
L’architecture est spatialisée mais on ne sait pas vraiment où se situe la scène, un lieux virtuel?
Des lignes de code structurent le fond, symbolisant la programmation.

– Solidarités renouvelées
Le personnage ECLAT se retrouve dans une bulle. La sphère qui l’entoure représentant son environnement, sa vie privée et tout les éléments qui constitue le personnage. Il peut être n’importe qui, provenir de n’importe quelle culture. Il transporte dans sa bulle toute sa richesse et son savoir, qu’il partage.
Ce partage est symbolisé par un fil de différente couleur, connecté avec les bulles. Elles transmettent la couleur au portrait central.

© 2019- Espagna Jennifer- Tous droits réservés -  CGU

error: Content is protected !!
Sed adipiscing suscipit consectetur elit. vulputate,